20 octobre 2017

La censure politique sur le net

Tout sur les silences du web

Vous êtes ici : Accueil / Iran

Iran

Nom de domaine : .ir
Population : 69 400 000
Internautes : 18 000 000
Prix moyen d’une heure de connexion dans un cybercafé : entre 0,30 et 0,60 ct d’euro
Salaire mensuel moyen : entre 230 et 360 euros
Nombre de fournisseurs d’accès privés : plus d’une vingtaine
Nombre de fournisseurs d’accès publics : 1
Nombre de blogueurs emprisonnés : 0



Internet en expansion

Le nombre d’internautes s’est sensiblement accru. En 2004, ils n’étaient qu’un peu plus d’un million. Aujourd’hui, ils sont environ dix-huit fois plus nombreux. D’après les données publiées par l’agence de presse officielle, ISNA, plus de 400 000 points d’accès à Internet ont été ouverts par des fournisseurs d’accès privés et 112 000 par le gouvernement. Plus de 4 000 écoles seraient également connectées. De ce fait, Internet est devenu un outil précieux pour les militants, qui peuvent diffuser leurs messages dans tout le pays. Afin de limiter les critiques contre le gouvernement, le ministre de la Culture et de l’Orientation islamique, Mohammed Saffar Harandi, a insisté, le 17 février 2008, sur le fait que les sites non inscrits auprès du ministère seraient fermés.

 
 

Un contrôle renforcé

Depuis 2006, les autorités interdisent les connexions à haut débit. Une mesure qui peut s’expliquer par un souci de ne pas surcharger le réseau iranien, de très mauvaise qualité, mais qui peut aussi être interprétée comme une volonté de bloquer les produits culturels occidentaux - films et chansons - téléchargés sur le Net.
Le Conseil des ministres a défini les critères selon lesquels un site Internet peut être considéré comme "illégal" : les publications insultant l’islam ou les religions monothéistes, celles qui diffusent des idéologies séparatistes, celles publiant de fausses informations ou portant atteinte à la vie privée.

En outre, les fournisseurs d’accès doivent vérifier que des contenus "interdits" ne sont pas publiés par leurs serveurs. Les sites de partage de photos FlickR et de vidéos YouTube sont inaccessibles car certains documents qu’ils contiennent sont jugés "immoraux" par les autorités.



Le pays musulman le plus répressif du Moyen-Orient
à l’encontre des blogueurs

Le gouvernement de la République islamique d’Iran a fait arrêter plus de dix blogueurs en 2007, notamment des femmes revendiquant leurs droits au travers de publications féministes. Depuis avril 2007, une campagne officielle est menée par le gouvernement dans les médias pour condamner les femmes qui dérogent au code vestimentaire imposé par l’islam. Il leur est déconseillé de s’habiller "à l’occidentale". Plus de 170 cafés et cybercafés ont été avisés, en décembre 2007, du risque de fermeture qu’ils encouraient s’ils n’adhéraient pas à cette campagne.